Rail et mobilité (édition experts) – N°35 (19 Janvier 2020)

​Edito : ​Investir

​3 syllabes pour ce qui semble être un gros mot à banir. Dans un pays dont le système éducatif fait peu de place à la science de l'économie, parler fric est souvent mal vu. Pourtant, investir n'est pas spéculer. C'est au contraire chercher à garantir un lendemain vivable, pour soi même ou les générations futures. Et si les gouvernements de l'Ouest ont récemment rechigné à investir dans le développement et la maintenance des infrastructures, il semble bien que la marée remonte. L'Allemagne, qui déclarait la semaine dernière que la rentabilité compte moins que la qualité, s'apprête à débourser 62 milliards sur 10 ans pour rénover son réseau​ et le Royaume Uni fait le point sur les bénéfices des investissements passés et la nécessité de ceux à venir.​ En Italie, ce sont 600 trains qui sont appelés à renouveler le parc régional. En Afrique, rien que cette semaine, le Sénégal, la Guinée, l'Egypte et d'autres annoncent des plans ambitieux de soutien au ferroviaire. Et ne parlons même pas de la Chine. Alors, oui, on dirait que l'investissement revient à la mode. Et qui s'en plaindra ?

​- ​Pascal Jappy, ​Responsable Marketing Aptitude Experts

​L'actu de la semaine

​Contactez-nous !


Un commentaire, un point de vue, une information à partager ? Ecrivez-nous et nous ferons suivre dans un prochain numéro ! A vos claviers.